Matrimoine

Duos d'autrices d'hier à aujourd'hui

Carte blanche à quatre metteuses en scène

En partenariat avec HF Nord-Pas-de-Calais – Picardie, la Compagnie de la Yole organise deux soirées « Matrimoine » à l’occasion des Journées du Patrimoine.
Quatre formes brèves de 20 minutes pour mettre en regard des textes écrits par des femmes dans le passé et le présent.
Pascale Oyer présentera la forme brève Amazones et le Commandement de la Louve.


Vendredi 15 septembre . 20h30 . Comédie de Picardie, Amiens
Samedi 16 septembre . 20h00 . Maison Folie Hospice d’Havré, Tourcoing

 

Amazones et le Commandement de la Louve
Forme brève
Le commandement de la louve de Isabelle Fruchart / Amazones de Anne-Marie Du Bocage
Mise en scène Pascale Oyer - Compagnie de la Yole
Avec Annabelle Hanesse et Morgane Hainaux


« Que se passe-t-il loin des palais, là où se déroule la guerre, où tout n’est que survie, embuscades, où rode la mort ? Hier et maintenant. »

Amazones, est une de ces pièces d’autrice qui ont finalement traversé l’oubli, franchi l’effacement et la confiscation de la mémoire pour nous reparvenir d’un temps lointain. Par delà le temps, ce qu’elle partage avec Le Commandement de la Louve ce sont des ressorts profonds, une forme de « secret » ou de non-dit que leur mise en regard cherche à éclairer.

N’est-ce pas une guerre comme celle de Tchétchénie qui a déclenché la naissance des Amazones ? De la figure du dieu Mars à la loi des pères, la loi des hommes qui président aux destinées des combattantes tchétchènes, l’appétit énorme et insatiable de la guerre traverse le temps.
Il faudra se confronter à cela : faire exister sur le plateau la présence de la guerre, de sa violence, au défi de la dire, non la raconter.
Et au cœur de la guerre, l’amour qui fait effraction.

La dramaturgie de ce montage se conçoit comme une mise en mozaïque. Un aperçu kaléidoscopique. Deux tragédies épiques qui résonnent entre elles par éclats brefs, par échos fragmentés.

Sur la scène du théâtre russe pris en otage par le commando Tchétchène, on entend Les Amazones…

La tentation de l’héroïne tchétchène d’oublier la loi des hommes, de s’en détourner. Alba à Larissa, violée par un russe, qui veut se suicider par honneur pour ne pas être répudiée par son mari : « Et si rien qu’une fois, on oubliait la loi, rien qu’une fois ! La loi des hommes ». Le journaliste Stan en Thésée. Larissa, une Ménalippe à l’envers, rangée du coté du clan des hommes. Alba, une Antiope qui veut quitter la loi des hommes. Le lien sororal entre Alba et Larissa. Ici Antiope n’épousera pas Thésée.
Des femmes qui ont quitté la loi des hommes versus des femmes qui ont épousé les hommes et leurs lois.
Domination. Asservissement. Justice. Loi. Idéal. Amour. Extrémisme.

 

Suivez l'événement sur la Page Facebook :

Écrire commentaire

Commentaires : 0